Voyages

Bornéo

Land of the Hornbill (terre des calaos)

et Land below the wind ( terre en dessous des vents)

sont les surnoms respectifs du Sarawak et de Sabah,

deux provinces membres de la fédération malaisienne,

situées dans le tiers nord de l’île de Bornéo,

posées sur le vaste Kalimantan indonésien.


Si le cœur de la Fédération malaisienne bat dans la péninsule,

ses poumons sont à Bornéo.

 

Borneo 1

 

Plus grand état de la Fédération, le Sarawak compte avec Sabah

pour les 2/3 du pays mais demeure relativement peu peuplé.

 

Sarawack

 

Sabah

 

Visiter les maisons traditionnelles des tribus indigènes

des terres d’exploration culturelle au Sarawak Cultural Village.

 

Sarawack cultural village

 

La ville de Banjarmasin

La capitale de la province de Kalimantan du Sud.

On peut y voir d’authentiques marchés flottants.

 

La ville de banjarmasin

 

La ville de Brunei est un incontournable avec ses deux mosquées :

Jame’Asr Hassanil Bolkiah et la mosquée Omar Ali Saifuddin.

 

Mosquee omar ali saifuddin

 

La biodiversité tropicale, rencontre la faune

et la jungle au Bako National Park,

on peut y apercevoir des nasiques, ces singes à long nez

qui se promènent dans la forêt et la mangrove.

 

Nasiques

 

Le centre de réhabilitation des orang-outans de Sepilok

permet de les approcher de près. 

On peut aussi en observer à la réserve de Semenggoh.

 

Orang outans de sepilok

 

La plus longue rivière de Sabah : kinabatangan,

abrite un écosystème riche et une vie sauvage importante.

On peut y apercevoir des serpents, des singes,

des rhinocéros de Sumatra et des éléphants asiatiques.

 

Kinabatangan serpents   Kinabatangan singe

 

Kinabatangan rhino

 

Une île située au large de Bornéo où l’on peut voir

de nombreuses tortues de mer et avoir la chance d’assister

à leur pondaison tous les mois de l’année.

 

L'ile est propice aux voyages autant paisibles que sportifs

(randonnée, escalade, plongée, snorkelling)

 

Toertues

 

Pour les amateurs de plongée sous-marine,

la partie malaisienne de Bornéo offre un des meilleurs

spots de plongée au monde, à Sipadan.

 

Sipadan 1

 

Si vous préférez le snorkelling,

allez au Tunku Abdul Rahman Marine Park.

 

Tunku abdul rahman marine park 1

 

Pour plonger avec les tortues et des épaves

de la seconde guerre mondiale, allez à Redang Island.

 

Redang island

 

Le plus haut sommet d’Asie du Sud-Est (4094 mètres) se trouve

dans le parc national de Kinabalu

et offre un panorama spectaculaire sur l’île.

La plupart des randonneurs commencent l’ascension le soir

pour arriver au sommet à temps pour admirer le lever du soleil.

 

Mont kinabalu 1

 

Gungug Mulu National Park : près de Brunei,

c’est un ancien territoire des chasseurs de tête

et un site de l’héritage mondial grâce à son réseau

de grottes souterraines que l’on peut visiter,

on y trouve la salle souterraine la plus grande du monde : Deer cave.

 

Gungug mulu national park

 

Salle souterraine deer cave

 

Les monts Meratus sont une destination de trek très populaire

et sont accessibles depuis la petite ville de Loksado.

 

Loksado et les monts meratus 1

 

Loksado

 

On peut également y faire du rafting et découvrir la culture Dayak.

 

Culture dayak3

 

La forêt de Wehea : une forêt pluviale très ancienne

qui abrite des centaines d’espèces animales.

 

Accessible (difficilement) depuis le village de Nehas Liah Bing.

Cette région du monde nous transporte

vers des latitudes souvent méconnues.

 

Comme un nouveau terrain d’exploration !

 

Wehea

 

 

L'île de Java

 

 

Si Bali est l’île la plus connue et visitée en raison

de la fascinante culture hindou-bouddhique 

indonésienne qui a pu s’y préserver,

faisant d’elle d’une certaine manière un « musée vivant »,

 

Bali 1ù

 

c’est l’île de Java qui possède en vérité

les plus grands joyaux de l’archipel indonésien.

 

Java2

 

Séparée de Bali par un détroit large que de quelques kilomètres,

il est fortement conseillé de vous rendre à l’est de Java

ne serait-ce qu’une nuit pour effectuer l’ascension

du volcan Kawah Ijen et observer

le travail de titan des porteurs de souffre.

 

Volcan ijen

 

Porteurs de souffre

 

Mais il serait peut-être dommage

de ne pas pousser jusqu’au volcan Bromo, gigantesque,

pour son paysage lunaire unique au monde

avec pour arrière plan un autre volcan, le Semeru,

le plus haut de Java, considéré comme le Mahameru,

la montagne en Inde où réside les dieux

selon la mythologie hindouiste.

 

Volcan bromo 2

 

Sur la côte sud de Java en lisière

de la réserve naturelle de Meru Betiri 

et à proximité s'étendent de belles plages à couper le souffle,

dont certaines désertes et sauvages comme si le monde venait de naître.

 

Volcan merapti

 

Meru betiri   Meru betiri plage

 

Vous pourrez y observer des macaques, gibbons noirs et roux,

des varans parfois longs de deux mètres.

Cette région reculée a également la particularité

de vibrer de traditions ancestrale et vous pourrez y assister

à des danses envoûtantes à la limite de la transe

comme le Kuda Lumping.

 

Varan 2

 

Kuda lumping

 

C’est à Yogjakarta ou encore « Jogja »

comme elle est surnommée par ses intimes,

que l’identité javanaise « Kejawen », mélange d’islam,

d’animisme et d’hindou-bouddhisme, est la plus préservée.

 

Yogjakarta

 

Yogjakarta3   Yogjakarta2

 

Est-ce uniquement le fruit du hasard si le palais du Sultan 

est placé exactement  sur l’axe reliant le volcan Merapti

à la plage de Parangtritis, où des Javanais viennent

de toute l’île pour pratiquer la méditation?

 

Le palais du sultan

 

La plage de parangtritis

 

Un tunnel permet, selon la légende, au Sultan de gagner cette plage

pour s’unir, une fois par mois, à Kanjeng Loro Kidul,

la reine des mers du sud, qui lui accorde en retour

ses pouvoirs pour assurer la pérennité de l’empire de Mataram.

 

Le réel et le surnaturel s’entremêlent sans relâche.

En découle comme on peut l’imaginer un humour

et une tolérance admirables.

 

Kanjeng loro kidul

 

On peut souvent apercevoir ce fier volcan

depuis la ville couronné d’un nuage de fumée.

Les traces de ses dernières éruptions sont encore bien visibles:

maisons semi englouties dans la lave,

énormes rochers catapultés depuis le cratère,

paysages lunaires sur les versants touchés par les nuages incandescents…

 

Maisons semi englouties dans la lave   Paysages lunairesu

 

C’est sans doute une gigantesque éruption du Mérapi,

couplée à un dramatique tremblement de terre,

qui fut à l’origine de la chute des empires de Sanjaya 

et de Saïlandra au 9e siècle.

Jogjakarta est une ville qui a su protéger son héritage architectural,

artistique et culinaire, et un mode de vie traditionnel,

le dédale des rues de la vieille ville

rappelle certains souks du Maghreb,

les fortifications évoquent les nombreuses guerres

menées par l’ancien et puissant royaume de Mataram,

de nombreuses vieilles demeures coloniales

sont comme extraites d’Amsterdam.

 

Le soir vous pourrez assister à un ballet de Ramayana

et à un théâtre d’ombres, sans oublier

d’expérimenter une promenade en cyclo-pousse.

 

Ballet de ramayana

 

Theatre d ombres2   Theatre d ombres

 

Pour les emplettes le marché de Beringharjo 

est une véritable cave d’Ali Baba où le temps passe

sans que l’on s’en rende compte.

 

La ville est pleine de charme, chargée d’histoire

et très photogénique, une des plus saisissantes au monde.

 

Le temple bouddhique de Borobudur

et celui hindouiste de Prabanan,

deux merveilles datant du 8e siècle.

 

Borobudur 2

 

Prabanan

 

Un attachement particulier pour la région côtière de Gunung Kidul

quasi inconnue qui en raison de son labyrinthe de collines calcaires

servit de maquis aux forces rebelles

pour lancer des attaques contre l’occupant hollandais.

 

Gunung kidul

 

L’on y rencontre des hameaux perdus au milieu de nulle part,

des maisons javanaises dites « joglo »

entièrement construites en bois de teck,

une vie quotidienne hors du temps,

en route vers des criques de sable blanc

tirées d’un roman d’aventure où sont amarrées

des pirogues à balancier multicolores.

 

Joglos

 

Etendez votre exploration au-delà du sultanat

pour visiter au nord le site de moyenne montagne Gedong songo,

où sont érigés les plus anciens temples hindouistes de Java.

 

Gedong songo

 

La ville de Solo s’enroule également autour d’un kraton

mais ce sont ses marchés d’antiquités et de batik 

qui valent vraiment le détour.

 

Marches d antiquites et de batik

 

Les flancs du volcan Lawu, offrant desomptueux décors

dans lesquels se nichent les magnifiques temples hindouistes de Sukuh 

et son aura érotique et ses énergies fertilisantes, et de Ceto,

construit sur sept niveaux comme pour traverser le ciel.

 

Volcan lawu

 

Sukuh

 

Ceto

 

L’on peut également y visiter de photogéniques plantations de thé

et entreprendre de courtes randonnées

en direction d'aventures et de chutes d’eau.

 

Plantations de the

 

Le Cambodge

 

Rares sont les pays aussi authentiques que le Cambodge.

 

Cambodge

 

Moins visité que ses voisins, la Thaïlande ou le Vietnam,

il connaît aujourd’hui un véritable épanouissement

après le sombre épisode des Khmers Rouges.

 

Khmers rouges

 

Ce sont ses paysages à la beauté brute,

ses rizières mouchetées de palmiers à sucres,

les vestiges majestueux de son histoire ambivalente

et l’incroyable gentillesse de ses habitants qui font le sel du pays.

 

Riziere 1

 

Habitants cambodge

 

Angkor constitue l’un des sites phares du patrimoine mondial.

Parmi des milliers de temples, trois sont emblématiques :  

Angkor Vat, le plus grand édifice religieux de la planète,

 

Angkor vat

 

le Bayon, l’un des plus énigmatiques,

avec ses immenses visages de pierre ,

et le Ta Prohm, pris dans un enchevêtrement de racines.

 

Le bayon

 

Le ta prohm

 

Ville animée, Siem Reap sert de base pour explorer Angkor,

mais la région a d’autres attraits,

comme les villages flottants sur le Tonlé Sap,

ou des loisirs étonnants, à la fois sportifs et culturels,

comme le survol des temples en ULM, un cours de cuisine

et l’observation des oiseaux. 

 

Siem reap

 

Villages flottants sur le tonle sap

 

Aussi séduisante que la circulation anarchique

dans les rues du centre-ville,

la capitale du Cambodge Phnom penh a rejeté les ombres du passé

pour embrasser un avenir plus riant.

 

Fière de son emplacement au bord du Mékong,

l’un des plus beaux de la région, elle est aujourd’hui en plein essor

avec ses hôtels tendance, ses restaurants design et ses bars branchés.

 

Phnom penh

 

Du Musée national à la terrible prison S-21, reconvertie en musée

et en mémorial des victimes des Khmers rouges,

on y découvre le meilleur et le pire de l’histoire du Cambodge :

l’ancienne “perle de l’Asie” est désormais en passe

de retrouver rapidement son lustre d’antan.

 

Prison s 21

 

Le grand attrait de Sihanoukville tient à ses plages.

 

Sihanoukville

 

Sur les îles voisines, telles Koh Rong et Koh Rong Samloem,

où une ambiance décontractée de bungalows de plage s'y est créée.

Sur le continent, il n’y a que 5 km entre Occheuteal,

la plage centrale un peu gravillonneuse, et Otres Beach,

encore paisible et sublime malgré la menace des promoteurs.

 

Koh rong   Koh rong samloem

 

Victory Beach, Independence Beach,

Sokha Beach, et même Serendipity Beach,

sont les favorites des jeunes voyageurs indépendants

et ont chacune leurs attraits spécifiques.

 

Victory beach   Independence beach

 

Sokha beach   Serendipity beach

 

À l’est du pays, la contrée sauvage du Mondolkiri

est une région de collines où vit le peuple bunong

qui pratique l’animisme et le culte des ancêtres.

 

Mondolkiri

 

Bunong

 

Si les éléphants sont encore très utilisés ici,

mieux vaut aller visiter l’Elephant Valley Project,

où vous pourrez marcher avec le troupeau.

 

L elephant valley project

 

Ajoutez au charme du Mondolkiri de spectaculaires cascades

comme Sen Monorom, des treks dans la jungle

et l’observation d’une espèce de singes :

les doucs à pattes noires (ou rhinopithèques à pieds noirs).

 

Sen monorom 1

 

Cité tranquille à la belle architecture coloniale,

Kampot constitue une excellente base pour explorer en kayak

la jolie rivière Prek Kampong et faire une excursion à la journée

dans le parc national de Bokor, très sauvage.

 

Kampot 1

 

Parc national de bokor

 

Ou pour y découvrir les plantations du fameux

et exceptionnel poivre rouge.

 

Les plantations du fameux et exceptionnel poivre rouge

 

Plus assoupie, Kep séduit avec son fameux marché aux crabes,

les randonnées dans le parc national de Kep

et les hôtels nichés à l’écart de tout

au milieu des villages de pêcheurs.

 

Marche aux crabes   Villages pecheurs kep

 

Bordant les rives de la Sangker, Battambang

est une ville coloniale bien préservée.

 

Des rues jalonnées d’anciennes maisons de négoce françaises

abritent des cafés soucieux de commerce équitable

ou des loueurs de vélo.

 

Battambang2

 

Alentour s’étend une campagne typiquement cambodgienne,

un bel ensemble de temples et la réserve ornithologique de Prek Toal.

Immersion dans le vrai Cambodge ! 

 

Reserve ornithologique de prek toal2   Reserve ornithologique de prek toal1

 

La table cambodgienne réserve de délicieuses surprises,

avec son art subtil de jouer des épices et herbes aromatiques.

Outre l’amok (poisson au four avec citronnelle, coco et piment),

le plat national, elle compte quantité de mets

à base de produits de la mer,

dont le crabe de Kep infusé au poivre de Kampot.

 

Amok   Crabe de kep

 

Les stands de rue vendent aussi bien des nouilles (mee)

et du porridge de riz (bobor) que des tarentules frites

ou des criquets grillés

 

Criquets grilles

 

Important carrefour sur la route reliant Phnom Penh

au nord-est du Cambodge et au sud du Laos,

Kratie est le point de départ pour aller observer

les dauphins d’eau douce de l’Irrawaddy.

La ville, sur les rives du Mékong,

conserve une certaine grandeur coloniale.

 

Kratie   Dauphins d eau douce de l irrawaddy

 

En face, l’île de Koh Trong invite à la détente,

avec la possibilité de loger chez l’habitant.

Emblème des temples-montagnes, le prasat Preah Vihear

se dresse sur les hauteurs des monts Dangkrek,

constituant un poste-frontière controversé

entre le Cambodge et la Thaïlande.

 

Sa construction qui s’est étirée sur trois siècles

donne un aperçu de l’évolution de la sculpture

durant la période angkorienne.

 

Ses pierres de fondation bordent une abrupte falaise

qui surplombe la plaine, dégageant ainsi un époustouflant

panorama sur le nord du pays.

 

Le prasat preah vihear

 

La province du Ratanakiri est l’une des plus belles

et des plus reculées du pays.

 

La province du ratanakiri

 

Elle abrite le parc national de Virachey,

qui figure parmi les vastes régions protégées du pays,

propice à des treks où l’on croise des éléphants et des gibbons.

 

Parc national de virachey

 

Il est aussi possible de nager dans un lac volcanique

ou de se baigner sous une cascade au cœur de la jungle,

à courte distance de la capitale provinciale, Ban Lung.

 

Ban lung

 

Habité par une mosaïque de minorités

comme les Treunks,

le Ratanakiri est à mille lieues des basses terres cambodgiennes.

 

Treunks

 

Tenue traditionnelle

 

 

 

Le Congo

 

Un voyage au Congo offre de nombreuses possibilités.

Durant votre séjour que ferez-vous ?

Farniente sur les plages vierges

de la pointe noire bordées de cocotiers…

 

Plages vierges de la pointe noire

 

Marcher dans une réserve naturelle à la découverte de la faune

et de la flore et sentir les herbes vous chatouiller les mollets…

 

Être au pied de chutes d'eau et humer

l'embrun qui vous caresse le visage…

 

Vibrer au son des danses traditionnelles au rythme endiablé des tamtams…

à chacun ses envies, à chacun son Congo.

 

Congo 1

 

Reconnus pour leur hospitalité, les congolais vous attendent

pour vous faire découvrir leur culture.

Issu des pygmées, la population s'est brassée

avec d'autres peuples comme les bantous venus du nord.

 

Pygmees

 

Bantous


La ville de Brazzaville offre à elle seule

un panel intéressant de possibilités, avec ses musées,

ses marchés pittoresques, ses vieux quartiers,

ses ateliers de céramique et de sculpture.
 

Brazzaville

 

Mais la vallée du Niari et ses chutes d'eau

ou le littoral et le Mayombe avec la ville de Pointe noire

ne sont pas en reste.

En un mot comme en cent, la République du Congo est une terre

offrant une grande variété de paysages et d'activités.

 

Cascades niari

 

Mayombe


Statuettes et masques de bois des tékés

et fétiches à clous des bembes sont majoritaires

dans l'artisanat des Kongos.

 

Masques de bois des tekes   Fetiches a clous des bembes

 

La musique et la danse,

comme dans bon nombre de pays africains,

tiennent une place très importante.

Les danseurs Bapendé exécutent leur art costumés !

Ceux de Mbochis, lors de la danse dite Kyébé-Kyébé,

se parent de marionnettes aux couleurs chatoyantes !

 

Pabende   Kyebe kyebe

 

Le domaine royal de Mbé se compose de différents sites,

villages, lieux sacrés comme les chutes du Nkouembali,

et lieux de mémoire qui rappellent l'histoire du peuple Téké.

 

Le domaine royal de mbe

 

Chutes du nkouembali

 

Les Parcs Nationaux de Conkouati Douli,

lieu de nidification des tortues luth,

d' Odzala-Kokoua où se côtoient gorilles, buffles et éléphants.

 

Conkouati douli

 

Odzala kokoua

 

Celui de Nouabalé-Ndokki,

fréquenté par la hyène tachetée ne manqueront pas de vous charmer.

 

Nouabale ndokki

 

Le plat traditionnel est le Saka-saka, ou Pondu,

et se compose de feuilles de manioc et de poisson,

d'huile de palme, et se mange avec riz, semoule ou bananes plantains.

Le maboké, un plat de poisson, ravira les amateurs de plats épicés

et le poulet Mwanbe enchantera vos papilles.

 

Saka saka   Maboke

 

Poulet mwanbe

 

Le lac Télé,

vaste lentille d'eau située au cœur de la forêt de la Likouala,

présente des anomalies magnétiques,

son origine serait dû à un impact météoritique.

 

Le lac tele

 

Likouala3

 

C'est dans cette fôret dense, réserve naturelle des gorilles

et contrée du peuple Baaka qu'est récolté notre fameux poivre !

 

Une légende raconte que ce sont les gorilles

qui grimpent sur la canopée pour rapporter les lianes aux Baakas.

 

Likouala 1

 

Gorille 1

 

Baakas

 

Le Cameroun

 

Ce pays d'Afrique réserve bien des surprises aux baroudeurs :

ses forêts équatoriales et ses parcs nationaux

se prêtent à l'observation de la faune, le mont Cameroun,

le plus haut d'Afrique de l'ouest, est apprécié des randonneurs.


Le long de la côte, quelques longues plages isolées.

Au nord, la savane et les terres désertiques dominent.

Mais au-delà de cette richesse naturelle,

le Cameroun rassemble une mosaïque de 130 ethnies

parlant des dizaines de langues différentes

et aux traditions encore vivantes, qui justifient également le voyage.

 

Cameroun


Marqué par son passé colonial franco-britannique, Yaoundé,

s'est transformée en une métropole animée,

striée d'un enchevêtrement de rues qui serpentent sur ses collines.

 

Yaounde

 

L'avenue Kennedy, la principale artère commerçante,

débouche au nord sur la place Kennedy et le centre artisanal,

immense tente où les artisans locaux viennent exposer leurs articles.

 

Très animés, les quartiers de Messa, Mokolo et de la Briqueterie

regorgent de petits restaurants qui préparent le meilleur poulet grillé du pays.

 

Avenue kennedy


Ne manquez pas la visite du musée d'Art camerounais

dans le monastère bénédictin, il présente

l'une des plus belles collections d'art camerounais au monde,

avec notamment des masques, des bols et des pipes bamoums en bronze.

 

   Art camerounais


Accablée par la chaleur humide,

Douala est proche de sites remarquables.

 

Douala

 

Elle permet de rejoindre notamment Kribi,

Limbe et le mont Cameroun en quelques heures à peine.

 

Kribi

 

Limbe

 

Mont cameroun2


Pour dénicher de belles pièces artisanales,

faites un tour au Centre artisanal de Douala.

 

La rue des artisans3   La rue des artisans2

 

La fierté de Foumban réside dans son Palais royal,

siège du pouvoir bamoum.

Ce palais, terminé en 1917, s'agrémente de tourelles

évoquant un peu celles d'un château médiéval.

 

Il renferme le Musée royal, où sont exposés parures royales,

armoiries, instruments de musique, statues, bijoux,

masques et trônes richement décorés, sculptés à la taille

de leur illustre propriétaire.

 

Foumban

 

Foumban palais royal


Consacré à l'histoire et à l'art bamoums :

le musée des Arts et des Traditions expose

une très riche collection d'ustensiles de cuisine,

d'instruments de musique, de pipes, de statues, de masques,

de gongs, ainsi qu'un xylophone finement sculpté.

 

Le musee des arts et des traditions

 

Reliant les deux musées, la rue des Artisans

est le lieu des sculpteurs, vanniers, tisseurs et brodeurs.

On peut y dénicher les plus belles sculptures

en bois de toute l'Afrique centrale.

 

Centre artisanal   Centre artisanal2

 

Les sentiers du mont Cameroun traversent tout à la fois

d'épaisses forêts équatoriales et de vastes prairies subalpines.

 

Les sentiers du mont cameroun

 

Des centaines de pachydermes se rassemblent régulièrement

autour de la fameuse mare aux éléphants de Tembe elephant park.

 

Tembe elephant park

 

On a aussi parfois la chance d'apercevoir des lions, des girafes,

des hippopotames, des antilopes, des colobes,

des babouins et d'autres singes.

 

Le parc abrite aussi de nombreuses espèces ornithologiques,

calaos, autruches, grues couronnées, hérons

ou autres cigognes à quelques kilomètres au sud du village de Waza.

 

Village de waza

 

Dotée de longues plages de sable blanc, Kribi,

et ses charmants petits villages de pêcheurs voisins,

qui servent en outre d'excellents plats de fruits de mer :

en particulier à Eboundja et Londji.

 

Kribi village pecheur

 

Dernier né des parcs nationaux camerounais, le parc de Korup

couvre la partie la plus ancienne et la plus diversifiée

de la forêt équatoriale du pays.

 

Le parc de korup

 

Outre le nombre impressionnant d'espèces

de primates et d'oiseaux qui y vivent,

il recèle une faune exceptionnelle et multiples variétés de plantes,

certaines découvertes très récemment.

 

Faune korup1

 

On peut admirer des nuées de papillons multicolores

dans les rais de lumière qui percent à travers les arbres.

 

Nuees de papillons

 

Capitale des Wandalas les guerriers du Sultan,

Mora accueille des marchés très animés

où se retrouvent les différentes ethnies de la région,

toutes parées de leurs plus beaux atours.

 

Wandalas

 

Notamment les Kirdis animistes peuple des monts mandara

ou les musulmans, vêtus généralement plus simplement.

Ils vendent récipients peints, articles en cuir, bijoux,

grigris, millet, légumes, ainsi que des animaux vivants.

 

Kirdis

 

Kirdis village

 

Les musulmans

 

 

L'île de Phu Quoc

 

Vedette des plages de l'île de Phu Quoc,

 

Phu quoc
 

la plage Sao est prisée

par ses sept kilomètres de sable blanc fin bordé des cocotiers,

d’une eau ultra transparente.

 

Plage sao

 

La plage Khem, quant à elle, brille par la pure beauté

qu’offre sa courbe d’une blancheur extrêmement fine et adorable.

 

La plage khem

 

Entourées d'une nature sauvage et luxuriante,

ces stations magnifiques qui font penser aux Caraïbes

vous plongent dans un paradis sur mer.

 

Amateurs de pêche, de plongée et d’autres loisirs en pleine mer?

Dirigez-vous vers le sud de Phu Quoc

l’archipel An Thoi a tout pour vous combler.

Pour explorer son environnement naturel exceptionnel,

vous pourrez louer un bateau pour naviguer autour

d’une dizaine de 18 îlots sauvages ou choisir un circuit en journée

proposant plusieurs activités. 

 

L archipel an thoi

 

Phu Quoc regorge des coins pour découvrir les merveilles

des fonds-marins qui sont particulièrement beaux

et mystiques sous les eaux des îlots May Rut,

Mong Tay et Dam Ngang, le plus éloigné. 

 

May rut    Mong tay

 

Rêve d’un coin parfaitement isolé du reste du monde ?

La meilleure réponse se situe

dans la partie sud de Phu Quoc, en île Hon Dam !

 

Pas loin du port de An Thoi, cette escale est parfaite

pour vous déconnecter dans un des bungalows

au toit de chaume à seulement deux pas de la mer.

Un équipement correct utilisant les matériaux respectueux

de l’environnement et une intimité absolue

s’offrent à vous pour une aventure insolite.

 

Ile hon dam

 

Arrêt obligatoire la plage Bai Truong est la promesse

des moments inoubliables d’un coucher de soleil magique.

 

Coucher de soleil

 

Dans la même veine, d’autres endroits qui ont la côte

sont les rochers de Dinh Cau, la plage Ong Lang

et le cap Ganh Dau où les photographes

seront récompensés par les plus beaux clichés.

 

Les rochers de dinh cau   La plage ong lang

 

Le cap ganh dau

 

À environ 20km du bourg Duong Dong,

le village Rach Vem s’aperçoit par les longs et petits ponts de bois

qui serpentent pour finir aux jolies maisons flottantes.

 

Rach vem

 

En pleine mer, ce paisible village regroupant 170 familles

vivant de la pêche est une halte agréable

pour vous éloigner de l’animation du bourg.

Une autre facette de Phu Quoc à ressentir tranquillement.

 

Village rach vem

 

Un lieu à ne pas louper est, sans aucun doute,

le marché de Duong Dong jugé petite capitale de l’île

où vous serez surpris par son animation et ses mille et une espèces

qui sont mises en vente dans ce paradis des crustacés.

 

Marche de duong dong

 

Aux abords du mont Ham Rong, Ganh Dau et Cua Can,

profitez d’un autre trésor de l'île par une virée à moto

arpentant les sentiers sauvages de la jungle

dotée d’une biodiversité étonnante.

 

Mont ham rong

 

Idéal pour changer de plage, lancez-vous dans un parcours passionné

traversant une vingtaine de kilomètres de randonnée

riches en découvertes du parc national de Phu Quoc.

 

Parc national de phu quoc3

 

Parc national de phu quoc2

 

Parc national de phu quoc

 

A la nuit tombée, c’est la pêche aux calmars

qui est à l’honneur à Phu Quoc.

Si vous partez en groupe, louez un bateau privé

pour vous adonner à ce loisir.

 

La peche aux calmars

 

Quel régal de gouter aux plats fraîchement préparés

par les pêcheurs locaux qui vous guident. 

 

Plats fraichement prepares

 

L'île d'émeraude doit sa réputation également

aux plantations poivrières dont les produits

sont appréciés pas les voyageurs de tous les coins.

Ses senteurs de cuir et ses notes sauvages,

font de ce poivre de Phu Quoc un incontournable des viandes rouges,

des volailles au four ou des grattins de légumes

 

Poivre de phu quoc 2

 

Après la visite des fermes somptueuses

qu'abrite le royaume du poivre, c’est sur Bai Dai

ou la plage Dai que les amateurs des huîtres perlières

pourront combler leur curiosité en s’arrêtant

dans les fermes les plus connues de l’île

comme Phu Quoc Pearls et Ngoc Hien.

 

Bai dai

 

Un tour de la ferme pour appréhender les étapes de production

et puis des collections parmi les plus belles au monde

vous laisseront effectivement des souvenirs mémorables.

 

Perles 1

 

 

 

La Tasmanie

 

La Tasmanie, c’est un peu la Corse de l’Australie!

Une fois qu’on y a posé les pieds, on ne veut plus en partir!

Il faut dire que cette île offre une variété de paysages

et d’expériences qui raviront la majorité des voyageurs.

 

Située au sud de l’Australie, donc plus près de l’Antarctique,

les montagnes se recouvrent de neige en hiver

et l’été, les températures sont plus tempérées.

 

Tasmanie

 

Même s’il s’agit de la plus grande île du pays,

les Australiens du continent, habitués aux étendues infinies,

vous diront que c’est tout petit…!

 

Le Freycinet national park est le parc “Waouh” de l’ile,

avec ses plages de sable blanc et d’eau turquoise

et sa randonnée de Hazards Beach!

Une balade incroyable qui offre des paysages incroyables durant 5h

 

Freycinet national park2

 

Hazards beach

 

On se croirait seuls au monde

sur une des plus belles plages du pays, Wineglass Bay.

On y rencontre des wallabies sauvages.

 

Wineglass bay 1    Wallaby

 

Un peu plus haut sur la côte Est, se trouve Bicheno,

une charmante petite bourgade de pêcheurs.

Ici on y vient surtout pour y voir les stars locales… les Pingouins.

 

Tous les soirs ont lieu, des sorties accompagnées d’un guide expert.

Une très belle occasion d’observer ces animaux en petit groupe

et d’en apprendre davantage sur leur espèce.

 

Bicheno

 

Les pingouins

 

À la sortie de la ville, on peut se rendre à Nature World

et découvrir alors d’autres animaux typiques,

comme le fameux Diable de Tasmanie.

 

Diable de tasmanie

 

Encore un peu plus au nord, à l’Est, se trouve un spot idyllique

pour les amateurs d’eaux claires :

Bay of Fire et Binnalong Bay,

c’est une côte magnifique avec des rochers de granit rouge,

une eau turquoise et des vues à couper le souffle!

 

Bay of fire

 

Binalong bay

 

Lorsque l’on quitte la côte Est et ses plages,

en direction de Launceston,

on traverse des champs de culture et pâturage,

c’est la campagne tasmanienne, celle où les vaches produisent le bon lait!

 

Launceston

 

La mini balade dans une forêt tropicale

pour aller voir les Columba Falls est recommandée,

une chute de 90 mètres de haut!

Le bruit de l’eau et des oiseaux donnent une ambiance mystique au lieu.

 

Columba falls2

 

Comme un clin d'oeil à notre chère Provence,

la Tasmanie produit de la Lavande, la beauté de ses campagnes

à la floraison est à couper le souffle.

 

Lavande

 

Au nord ouest de l’île, le long des côtes se trouve Table phare Cap

à la vue exceptionnelle sur l’océan d’un coté

et les champs de pavot de l’autre.

Et oui la Tasmanie est aussi productrice d’opium,

et sa production représente même 50% du marché légal mondial!

 

Table phare cap 1    Champs de pavot

 

L’attraction naturelle de la région, Cradle Mountain

est un véritable paradis pour les randonneurs.

Avec ses pics alpins et ses lacs de montagne,

il offre un terrain de jeu incroyable et de nombreux sentiers balisés,

pour les plus grands marcheurs, c’est ici que débute l’Overland Track :

une des plus belles marches d’Australie.

 

Cradle mountain2

 

Overland track

 

Si vous manquez de temps, le Lac Dove

est déjà une très jolie balade où les plus chanceux

pourront y voir des wonbats…!

 

Lac dove 1

 

Wonbats 1

 

À Queenstown, on pénètre dans un tout autre univers,

un paysage lunaire, érodé, usé et vidé de tout arbre…

C’est le résultat d’un siècle d’activités minières…

ici les sols sont riches en cuivre.

Aujourd’hui les mines se visitent jusqu’à dans leurs profondeurs.

 

Queenstown

 

Depuis le belvédère de l’Iron Blow,

on prend conscience à quel point l’industrie minière a refaçonné la région.

 

Belvedere de l iron blow

 

Mount Field National Park est un vrai joyau,

ce parc national est rapidement accessible depuis la ville d’Hamilton.

 

Mount field national park

 

Les cascades Russel Falls et les Horsehoe Falls sont très belles,

celles de Lady Barron sont époustouflantes.

 

Russel falls    Horseshoe falls

 

A ne rater : pas la magnifique Bruny Island, au sud d’Hobart.

Elle est un condensé du meilleur de la Tasmanie.

Ici vous trouverez d’excellents producteurs de fromages,

de vins et d’huitres. C’est une ile idéale pour buller.

 

Bruny island

 

Optez pour les croisières sur les bateaux jaunes

pour voir les côtes et falaises de Bruny

mais aussi pour s’émerveiller devant la faune locale :

albatros, cormorans à tête noire, dauphins,

lions de mer et otaries !

 

Falaises de bruny

 

Albatros

 

Cormoran tete noire

 

Dauphins 2

 

Lion de mer 1

 

Otaries

 

 

Byblos

 

Byblos fait partie des villes les plus anciennes du monde

et des rares sites habités de façon continue

depuis l’époque de leur fondation jusqu'à nos jours.

 

Byblos 2

 

Les fouilles archéologiques ont permis de situer ses origines

au Ve millénaire avant l’ère chrétienne.

 

Fouilles

 

Le terme « Byblos » n’a jamais été employé

par les anciens habitants de la ville qui la désignaient

du nom de « Gubla » puis de « Gebal ».

 

Ce sont les Grecs, peu après 1200 av. J.-C.,

qui baptisèrent l’ancienne Gubla-Gebal du nom

de « Byblos qui signifiait le « papyrus ».

Puisque cette ville joua un rôle important

dans le commerce de ce produit.

 

Byblos, « Jbeil » en arabe est aujourd’hui une ville charmante

à l’intérieur de son enceinte médiévale

où les sites archéologiques sont d’une grande richesse.

 

Située à 37 km au nord de Beyrouth,

Byblos est facilement accessible avec la voie rapide

qui relie Beyrouth à Tripoli.

 

Il est également possible de prendre l’ancienne route côtière

à partir de la baie de Jounieh.

 

La baie de jounieh

 

Le rempart médiéval qui délimite la vieille ville,

fut élevé par les Croisés au début du XIIe siècle

et consolidé à espaces égales par des tours.

 

Le rempart

 

La cathédrale de St Jean Marc : Toutes les études laissent supposer

que sa construction débuta en 1115.

Au XVIIIe siècle, l’église fut remise par l’émir Youssef Chehab

aux moines Maronites qui l’ont restaurée.

Elle fut de nouveau restaurée après son bombardement

par la flotte britannique en 1840.

Le clocher est une addition récente de 1947.

 

La cathedrale de st jean marc

 

Les Croisés avaient pourvu le port de Byblos

de deux tours défensives qui protégeaient le goulet d’entrée.

Elles servaient à boucher l’accès à l’aide de chaînes qui les reliaient.

 

 Port de byblos

 

Le port de la ville est aujourd’hui, un endroit charmant

avec ses bateaux de pêche et ses restaurants.

 

Le port

 

La mosquée du Sultan Abed el-Majid fut édifiée en 1648

dans le quartier historique et rénovée par l’émir Youssef Chehab en 1783.

Elle est pourvue d’une coupole hémisphérique et d’un minaret octogonal.

 

La mosquee du sultan abed el majid

 

L’église Sayedet el-Naja (Notre Dame de la Délivrance)

fut construite durant le XIIe et XIIIe siècle

sur les vestiges d’une église Byzantine.

Elle se remarque par ses puissants contreforts.

 

Sayedet el naja

 

Situé au cœur des souks à côté du site archéologique,

le musée des fossiles renferme une importante collection

de poissons et autres faunes et flores en provenance

des gisements de Haqel Hjoula et Nammoura

dans la région de Byblos.

 

Ils sont âgés de plusieurs millions d’années.

 

Souks

 

 Le musee des fossiles

 

 

Le Pendjab

Deux régions similaires sont situées au nord de l'Inde

à la frontière pakistanaise et encore peu touristiques :

L'Haryana et le Pendjab.

 

Pendjab

 

Elles sont réputées pour la fertilité de leurs sols,

ces deux états ne sont pas très différents l'un de l'autre,

même langue, mêmes traditions...

et est le berceau de la religion sikh

réputée pour sa tolérance et la gentillesse de ses fidèles

mais c'est aussi l'un des plus petits états du pays.

 

Sikhs

 

Le Punjab est une région à cheval sur les territoires du Pakistan.

A 15 km de la ville d'Amritsar, le poste-frontière de Wagah Atari

est le seul qui soit tous les jours ouvert,

qu'elle que soit la situation entre le Pakistan et l'Inde.

 

Chaque soir, les garde-frontières des deux pays

y donnent une parade où ils miment le combat entre leurs nations.

Les spectateurs viennent de toute l'Inde pour s'installer

dans des gradins avec boissons et pop-corns.

 

Amritsar

 

Wagah atari

 

 

Côté monument, ces états ne sont pas les plus riches de l'Inde

mais ils offrent tout de même une architecture

tantôt mongole, sikh ou musulmane.

 

Architecture 1

 

Réputée pour ses cotonnades, la région propose de belles opportunités

de trouver de beaux vêtements en coton pour compléter votre garde-robe.

 

Cotonnades2    Vetements tissus

 

On ne saurait que trop vous conseiller de visiter Amritsar et son Temple d'Or,

ville spirituelle des sikhs, ainsi que le Rock Garden,

fruit de l'imagination de l'architecte Nek Chand.

 

Temple d or    Rock garden

 

La faïence et la céramique brisées se sont réincarnées

en une armée de personnages postés aux quatre coins du parc.

 

Chandigarh ravira à coup sûr les étudiants en architecture.

Le Corbusier façonna cette ville en 1951

à la demande du Premier ministre indien, Nehrû.

On pourra se rendre compte en visitant la ville

que les plans de celle-ci ont tout bonnement été tracés à l'équerre.

 

Chandigarh

 

Les Berbères

 

Phéniciens, carthaginois, romains, vandales et byzantins

se sont succédés avant l’invasion arabe et l’islamisation

qui en suivit dans un Maghreb occupé depuis des temps anciens

par des peuplades berbères qui laissent perplexes bien des chercheurs.

 

Nous connaissons ces peuples que les Grecs nommaient barbaros

sous les noms de Numides, Libyens, Gétules…

De fait, barbaros signifie ‘’non grec’’, ‘’étranger’’.

 

À une époque où les frontières n’existaient point,

Tamazgha, le monde berbère s’étendait de l’Océan Atlantique,

y compris l’archipel des Canaries, jusqu’au Nil,

des rives de la Méditerranée jusqu’à celles du Niger et du Sénégal.

 

Tamazgha

 

Ils sont pasteurs nomades, agriculteurs, éleveurs,

arboriculteurs sédentaires ou semi-nomades,

artisans, montagnards ou hommes des plaines et du désert,

tous ont su tirer parti d’un environnement souvent austère.

 

Les Berbères parlent le tamazight, langue chamito-sémitique

qui se décline sous plusieurs formes selon les régions.

 

Les berberes

 

Langue surtout orale, son alphabet est appelé tifinagh.

Longtemps utilisé par seulement quelques érudits

et le peuple touareg qui a su le préserver,

le tifinagh revient à l’honneur et commence à être appris

dans les écoles marocaines et algériennes.

 

Parlé par plus de 1,5 millions de personnes, le berbère,

avec ses variantes kabyle, chaoui, rifaine et chleuh,

est la deuxième langue la plus parlée en France.

 

Tifinagh

 

Dans les premiers siècles de l’ère chrétienne,

trois grandes familles berbères

à l’origine de différentes dynasties :

les semi-nomades bâtisseurs Zénètes,

les nomades sahariens Sanhadja

et les Masmoudas sédentaires,

se sont âprement disputées cet espace.

 

Semi nomades batisseurs zenetes

  

Nomades sahariens sanhadja    Masmoudas sedentaires

 

Ils ont lié leurs histoires aux montagnes du Rif,

de l’Atlas et du Jbel Saghro,

aux grandes palmeraies sud-marocaines

et aux pistes caravanières.

 

Montagnes du rif    L atlas

 

Jbel saghro   Palmeraies sud marocaines

 

Pistes caravanieres

 

Aussi appelés Zénaga, les Sanhadja sont des nomades originaires

de l’Ouest saharien, essentiellement de l’actuelle Mauritanie.

 

Le litham dont ils se couvraient la tête

leur valu le nom de ‘’moulathimoun’’, les voilés.

Les Sanhadja sont à l’origine de la dynastie Almoravide

fondée au 11e siècle ils conquerront le Sud marocain

et Sijilmassa puis le Souss avant de fonder Marrakech en 1062.

 

La dynastie almoravide3 1

 

La dynastie almoravide2    La dynastie almoravide

 

Ils étendront ensuite leur domination

sur Al Andalus dans le sud de l’Espagne de 1086 à 1142.

Malgré leur incontestable présence démographique,

la reconnaissance de la culture berbère est très récente,

et provient de la volonté du Maroc de s'internationaliser

et de se moderniser en acceptant les influences culturelles

qui le composent à présent.

 

Culture berbere6

 

 

Culture berbere4   Culture berbere

 

Culture berbere2   Culture berbere3

 

Culture berbere5

 

 

Marrakech

 

Marrakech fut fondée en l'an 1071

par le souverain berbère Youssef ben tachfine,

sous l'impulsion des Almoravides, pieux guerriers

et austères savants venus de l'actuel désert mauritanien,

de nombreuses mosquées et médersas furent construites,

ainsi qu'un centre commercial drainant le trafic

entre le Maghreb occidental et l’Afrique subsaharienne.

 

La dynastie almoravide3

 

Marrakech grandit rapidement

et s'imposa comme une métropole culturelle et religieuse influente,

supplantant Aghmat et Sijilmassa.

 

Marrakech

 

Aghmat    Sijilmassa

 

Des palais furent édifiés également et ornés

avec le concours d'artisans andalous venus de Cordoue et de Séville.

 

Destination animée et passionnante,

Marrakech offre un mélange parfait de culture,

de paysages magnifiques, et une architecture fascinante.

 

Celle qu’on surnomme « La Perle du Sud » ou encore « La Ville Rouge ».

 

La Medina constitue le cœur historique de Marrakech.

Etablie il y a près de 1000 ans, on peut y observer les plus anciens

et les plus beaux bâtiments de la ville, entourée d’immenses murailles,

les riads sont les maisons traditionnelles.

 

Medina marrakech

 

Riads

 

Le cœur commercial de la ville y bat son plein

dans les souks d'artisans, d'épiciers et de tanneurs.

 

Souk 1

 

Si vous recherchez que faire à Marrakech en soirée,

la Place Jemaa el-Fna est faite pour vous !

 

Place jemaa el fna

 

Dès la nuit tombée, la place se transforme :

les marchands se mêlent aux visiteurs et aux… animaux !

Charmeurs de serpents où dresseurs et leur petit singe

dégagent une ambiance unique au coucher du soleil.

 

L’endroit commencera alors à s’animer et les couleurs des bâtiments

seront magnifiées par les dernières lueurs du jour.

 

Charmeurs de serpents

 

Le jardin de Majorelle contraste fortement avec le reste de la ville,

et l’on a parfois l’impression d’évoluer dans un tableau vivant.

Les couleurs des bâtiments et des faïences se mêlent

aux plantes exotique, et donnent à l’ensemble un charme envoûtant.

 

Le jardin de majorelle

 

Considérée comme le symbole de Marrakech,

La mosquée Koutoubia fût construite au XIIe siècle,

au cœur de la Medina.

 

Avec son minaret haut de 77 mètres

et son architecture sobre mais élégante

peut accueillir jusqu’à 20 000 fidèles dans la grande salle de prière.

 

Mosquee koutoubia

 

Les excursions autour de la ville valent le détour de quelques heures :

on peut ainsi découvrir les montagnes de l’Atlas

et ses villages berbères,

 

Montagnes de l atlas

 

la vallée de l’Ourika ou bien encore

les magnifiques cascades d’Ouzoud !

 

Vallee de l ourika

 

Magnifiques cascades d ouzoud

 

La Palmeraie de Marrakech est un espace à la fois naturel et urbain.

Dépaysant !

 

Le jardin majorelle

 

Tout comme une séance massage

dans un des nombreux Hammams de la ville !

 

Hammams

 

 

 

Meknès

 

Meknès est l’une des villes impériales

du royaume Chérifien au Maroc,

au même titre que Rabat, Fès et Marrakech.

 

 

La ville de Meknès se situe dans le nord.

Fondée en 711 par une tribu amazighe (berbère)

qui portait le nom de Meknassas.

 

Meknes 1

 

Meknès est la troisième plus grande ville du Maroc.

La ville fut capitale de la dynastie alaouite

sur une partie du XVIIème et XVIIIème siècle.

C’était alors sous le règne du sultan Moulay Ismaïl.

 

Sultan moulay ismail

 

Son mausolée est d’ailleurs à Meknès et nous en reparlerons plus loin

car c’est l’un de plus beaux endroits.

 

Comme ailleurs au Maroc, à Meknès,

la médina est un vrai labyrinthe de ruelles étroites.

 

La medina

 

Ruelles etroites

 

Un plaisir de se balader dans les ruelles proches de la place Lahdim

afin de s’y perdre en errant sans but réel

pour s’imprégner de l’ambiance de la vieille ville.

 

Place lahdim

 

La Madrassa Bou Inania de Meknès est le lieu d’intérêt

à ne pas rater dans la médina tout simplement

parce qu’il est possible de monter sur le toit de l’édifice

d'où la vue sur la grande mosquée de Meknes est superbe !

 

La madrassa bou inania

 

Vue du toit

 

C’est la porte Bab Mansour el-Aleuj

qui marquait l’entrée du palais impérial.

Impressionnante, c’est aussi la plus grande porte du Maroc.
 

Elle se situe juste en face de la place Lahdim :

Cette vaste place en bordure de la médina

regroupe quelques restaurants et le marché couvert se trouve juste à côté.

Si vous passez une nuit à Meknès, c’est ici qu’il faut passer la soirée !

 

Bab mansour el aleuj

 

La prison de Qara se trouve à proximité

du mausolée de Moulay Ismaïl,

elle est surnommée la prison des chrétiens,

on dit qu’elle pouvait abriter jusqu’à 40 000 prisonniers.

 

La prison de qara

 

Heri es Souani :

on y trouve un ancien grenier datant du XVIIIème siècle

mais aussi les ruines de écuries de Moulai Ismaïl.

 

Heri es souani2

 

Juste en face se trouve le bassin Souani,

un endroit agréable pour se poser entre 2 visites à Meknès.

 

Heri es souani

 

Le Mausolée de Moulay Ismaïl,

magnifique et que l'on peut visiter en totalité

y compris la salle où se trouve la tombe de Moulay Ismaïl

et où les fidèles viennent prier ou se recueillir.

 

Mausolee de moulay ismail2

 

Mausolee de moulay ismail

 

Non loin de Moulay Driss Zerhoun, se tient le site de Volubilis :

« Walili » en berbère, c’est une ville antique romaine,

elle tire son nom de l’abondance de la fleur portant la même appellation,

quelques monuments de la ville romaine sont toujours présents.

 

Volubilis

 

Ruines romaines volubilis

 

La fleur

 

 

La ville de Fès

 

Très souvent dépeinte la ville de Fès

charme par son patrimoine architectural, historique et intellectuel.

 

A noter qu’en 1980 la ville reçoit l’approbation

et obtient le rang de patrimoine mondial de l’UNESCO,

prouvant la vigueur et le dynamisme de cette ville

à préserver son histoire et son identité.

 

Visiter Fès dans ces conditions, que l’on soit amateur en art

ou un simple touriste, c’est faire un saut dans le passé

à quelques heures de la France : la ville regorge de curiosités,

de musées et de monuments pour bien comprendre les subtilités

et l’atmosphère unique de la ville.

 

La ville de fes

 

Découvrir la médina est toute une aventure en soi

car elle ne se dévoile pas au voyageur pressé.

Il faut apprendre à apprécier ce lieu, à comprendre ses codes,

à se laisser porter par les cris, les odeurs, la chaleur

qui se dégagent de toutes les échoppes.

 

Medina

 

Il faut être prêt à l’imprévu.

La médina de Fès est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO

car elle abrite, en vérité, la plus vieille université du monde musulman.

 

Medina 2

 

Deux grandes portes s’offrent à vous

quand vous désirez rentrer à l’intérieur de la médina,

c’est la porte Bab Bou Djeloud et la porte Bab Dekatène

avec ses allures de château, lieu où étaient jugés les criminels

durant le moyen-âge.

 

Bab bou djeloud

 

Il faut savoir que le fondouk Nejjarine est un caravansérail :

c’est un édifice à étage qui a été conçu autour d’une cour carrée.

 

Celui de Fès vaut le coup d’œil car il abrite

aujourd’hui de nombreux ateliers.

 

Le fondouk nejjarine

 

Le souk des Fès existe depuis des centaines d’années

et il semble avoir très peu évolué.

 

Souk 3

 

C’est ce qui fait son charme d’antan, ce qui le rend si attachant.

Comme Fès est une ville d’artisanat, son souk est bondé d’artisans

qui rivalisent d’ingéniosité et de savoir-faire dans les souvenirs à ramener,

tels de la poterie, de la céramique ou encore des bijoux.

 

    Souk    Souk2

 

    Lanternes souk 1    Epices souk

 

La mosquée Karaouiyne : cette université,

la plus ancienne du monde arabe,

fut fondée en 859 de notre ère, un haut lieu spirituel.

 

Allez découvrir ses extérieurs et les détails qui ornent ses murs,

ses 270 colonnes et ses 24 portes qui cernent une cour intérieure.

 

La mosquee karaouiyne

 

Une médersa est une ancienne école coranique

qui fait office d’internat pour les étudiants.

 

A Fès, elles sont nombreuses et toutes aussi prestigieuses,

notamment au niveau de leurs décorations.

 

A voir donc la médersa Attarine qui se situe face à la mosquée Karaouiyne.

C’est sûrement l’une des plus raffinées médersas

dans le monde musulman où les amateurs de calligraphie

mais aussi de mosaïques et de marqueterie

pourront régaler leurs yeux impressionnés.

 

La medersa attarine

 

Il y a aussi la médersa Bou Inania : très impressionnante par sa taille,

sûrement l’un des édifices les plus raffinés de la ville.

 

Une autre médersa à découvrir est la médersa Seffarine

qui est la plus ancienne de Fès puisqu’elle fut conçue en 1280.

Sa décoration rappelle les maisons traditionnelles du Maroc.

 

Medersa bou inania    La medersa attarine

 

La place Seffarine où se retrouvent nombre d’artisans

qui travaillent le cuivre afin de réaliser des théières,

des plateaux, des brûle-parfums tandis que d’autres,

des chaudronniers sont établis ici pour élaborer des marmites,

des seaux et récipients divers.

Un artisanat à ne pas manquer.

 

La place seffarine

 

Le plus ancien palais du Maroc et sûrement le plus important,

érigé au 14e siècle, on l’appelle Dar El Makhzen.

Avec ses 80 hectares, il a été construit en-dehors de l’ancienne médina,

il se situe aujourd’hui près du quartier juif et du Mellah.

Même si les visites ne sont pas autorisées,

il faut s’y rendre pour découvrir sa gigantesque esplanade

où l’on peut découvrir de grandes portes en bronze

qui sont encadrées de carreaux de céramique.

 

Dar el makhzen

 

Le palais et musée Dar Batha furent construit par Hassan 1er

car il désirait ardemment réunir les deux villes qui composent Fès,

à savoir Fès-el-Baki et Fès-el-Djedid.

 

Ce palais fut ensuite transformé en musée de l’artisanat

où vous pouvez découvrir des poteries et des céramiques du 13e siècle

mais aussi des broderies, des bijoux du moyen-âge.

 

N’oubliez pas d'admirer les portails richement décorés

et les immenses cadenas qui ferment les portes pour la nuit.

 

Le palais et musee dar batha

 

A voir pour la richesse de ses mosaïques : la fontaine Nejjarine

qui se trouve près du souk des menuisiers et qui date du 18e siècle.

 

La fontaine nejjarine

 

Le mausolée de Moulay Idriss II est le 2nd site sacré du Maroc.

Il est fermé aux non-musulmans.

Moulay Idriss II était le fondateur de la ville de Fès.

 

Le mausolee de moulay idriss ii

 

Enfin, le quartier du Mellah est à découvrir :

c’est l’ancien quartier juif qui témoigne encore aujourd’hui

d’une richesse historique incroyable

et d’un savoir culturel impressionnant.

 

Le quartier du mellah

 

 

La vallée de la Vera

L’Estrémadure est couronnée par les sommets de Gredos.

 

Sommets de gredos

 

Cette masse granitique est commune à trois contrées :

la vallée de l’Ambroz, la vallée du Jerte et de La Vera.

 

Vallee de l ambroz

 

Vallee du jerte    La vera

 

La Vera et la vallée du Jerte présument d’avoir

une forte originalité a sein de l’Estréma-dure,

car elles sont les seules zones de haute montagne

et elles abritent les meilleures zones forestières autochtones,

essentiellement de chêne pubescent.

 

La plupart des villages de La Vera

sont situés tout au long de l’EX-203,

entre Plasencia et Candeleda (province d’Ávila).

 

Plasencia    Candeleda

 

La Vera et la vallée du Jerte abritent des lieux

d’une grande beauté paysagère et de nombreuses zones de bain.

 

Pour n’en citer que quelques-unes,

il est recommandé de visiter le site

de Los Pilones Garganta de los Infiernos

et la cascade du Caozo en descendant du col de Piornal

en direction de la rivière Jerte.

 

Los pilones garganta de los infiernos    Cascade du caozo

 

Il y a également plusieurs arbres singuliers :

les grands châtaigniers de Casas del Castañar

et les chênes de la Solana à Barrado.

 

Grands chataigniers de casas del castanar    Chene de la solana a barrado

 

Le col de Tornavacas est très intéressant

pour voir d’autres oiseaux reproducteurs comme l’alouette des champs,

le traquet motteux et la pie-grièche écorcheur.

 

Le col de tornavacas    Alouette des champs

 

Traquet motteux    Pie grieche ecorcheur

 

Les villages des environs, surtout de La Vera,

offrent des bons échantillons d’architecture populaire.

 

Comme à Garganta la Olla,

Cuacos de Yuste et son monastère résidence finale de Charles Quint,

Jarandilla de la Vera et son château converti en hôtel,

Madrigal de la Vera

ou encore le Musée de la Cerise de Cabezuela del Valle.

 

Garganta la olla

 

Cuacos de yuste et son monastere    Jarandilla de la vera et son chateau

 

Madrigal de la vera    Cabezuela del valle

 

En ce qui concerne les produits typiques,

toute visite sera vaine si vous ne goûtez pas

les fameuses cerises du Jerte,

le fameux paprika de La Vera et les châtaignes.

 

Cerises du jerte    Paprika de la vera

 

Sont également renommés les fromages de chèvre de La Vera,

les charcuteries de Piornal, les truites et les sucreries

et les liqueurs artisanales.

 

Les fêtes populaires de “El Peropalo” de Villanueva

de la Vera au moment du Carnaval,

Los Escobazos” (Les coups de balais)

de Jarandilla de la Vera (le 7 décembre),

 

El peropalo de villanueva    Los escobazos

 

El Jarramplas” de Piornal (le 20 janvier) et “El cerezo en flor

fêtes des cerisiers de toute la vallée du Jerte.

 

El jarramplas    El cerezo en flor

 

 

L'Île Maurice

Petite île multiculturelle baignant au sein de l'océan Indien,

l'île Maurice se situe à l'est de Madagascar

et au sud des Seychelles.

 

Madagascar 2    Seychelles 1

 

Cette île est totalement encerclée

par une barrière de récifs de corail magnifique.

On y trouve notamment de nombreuses éponges,

anémones de mer, ainsi qu' une variété de poissons multicolores.

 

Barriere de recifs de corail

 

L'île Maurice a d'abord été découverte

par des marins arabes au le IXème siècle.

 

Ile maurice 4

 

A cette époque, l'île était inhabitée et recouverte d'une forêt dense.

 

Ces derniers ne s'installèrent pas dans l'île,

tout comme les portugais qui y firent escale en 1505.

 

Les premiers à avoir colonisé l'île Maurice

furent les Hollandais en 1598.

 

Puis les Français s'y s'installèrent puis ce sont les britanniques

qui prirent possession de l'île.

 

Le 12 Mars 1968 l'île Maurice retrouva son indépendance

en intégrant le Commonwealth.

 

Au beau milieu de l'Océan Indien, l'île Maurice

est une petite entité indépendante

à laquelle est liée la minuscule île Rodrigues.

 

Ile rodrigues

 

Contrairement à sa voisine méridionale de la Réunion,

les volcans de l'île Maurice sont éteints :

on escalade toujours au cours de randonnées ces cratères éteints,

comme le Trou aux Cerfs.

 

Le trou aux cerfs

 

Après les hauteurs, on redescend au niveau de la mer,

pour se diriger vers la somptueuse plage du Trou aux Biches

sont protégée par une barrière de corail, enfermant une eau transparente

et chaude comme on ne peut qu'en rêver.

 

Plage du trou aux biches

 

Capitale et principale ville de l'île, Port-Louis

est notamment une cité hétéroclite

à l'image des populations diverses qui y cohabitent.

 

La gastronomie mauricienne est variée et savoureuse,

elle bénéficie des différentes traditions culinaires

des peuples qui l'ont occupé, françaises, indiennes,

chinoises et africaines et l'usage intensif d'épices,

curry, safran, cannelle, cardamome, clous de girofle.

 

En outre, vous pourrez acheter de nombreuses collations

dans les rues de l'île Maurice: des gâteaux au piment,

des samoussas et une sorte de ragout appelé Rougail.

 

Samossas    Rougail

 

Les Indiens Mapuche

 

Peuple indien largement majoritaire au Chili, les Mapuches,

appelés aussi Araucans par les Espagnols

le terme mapuche signifie "peuple de la terre".

 

Indiens mapuche 1

 

La culture mapuche a exercé pendant des siècles

une forte influence sur une grande partie

du Chili et de l’Argentine d’aujourd’hui.


Comme tous les autres peuples du continent américain,

les Mapuches ont dû faire face à la férocité

des Conquistadors espagnols et aux maladies amenées depuis l’Europe.


La guerre entre Conquistadors et Mapuches dura presque 100 ans.
Une des grandes batailles menée contre les Espagnols

se termine par la mort de l’emblématique Pedro de Valdivia,

l’un des plus grands chefs militaires espagnols,

fondateur de Santiago et gouverneur du Chili.

 

Massacre en araucanie   Pedro de valdivia 1


Ce conflit, appelé guerre d’Arauco (1546-1641) se termina

par l’échec des Espagnols à prendre le contrôle

du territoire mapuche et par la signature du traité de Quilin.

 

Traite de quilin


En signant ce traité, les Conquistadors ont dû reconnaitre

leur impuissance face à l’organisation militaire mapuche.


En outre ce traité entérina l’existence

du territoire autonome mapuche,

situé à l'embouchure du fleuve Bío-Bío.

 

Fleuve bio bio


Mais bien avant l’arrivée des Espagnols,

les Incas eux-aussi ont tenté de conquérir leurs terres, sans succès...


La souveraineté territoriale mapuche ne fut remise en cause

qu’au moment de la construction nationale chilienne,

dans le courant du XIXe siècle.


Durant ce siècle, la colonisation adopte une tactique différente :
L’évangélisation, le commerce et surtout l’alcool

sont les « méthodes civilisatrices » à la fin de la colonie.

 

Historia mapuches 2


Mais par la suite, les jeunes Républiques chilienne et argentine

lancent des expéditions génocidaires et des centaines de milliers

de Mapuches seront massacrés lors de cette guerre de "pacification".

Elle est considérée comme étant une des plus longues

et en même temps méconnues de l’histoire de l’Humanité.

 

 

Guerre de conquete

 

Ainsi, en 1882, après plus de trois siècles de conflit,

les Mapuches sont anéantis et le Chili

domine totalement les terres du sud.


Ils seront confinés dans les fameuses "réserves" :

du Lac Budi, du volcan Osorno et de l'île Chiloé,

territoires trop restreints pour assurer leur autosubsistance.

 

Baudi lac

 

Volcan osormo   Ile de chiloe 1


Bien plus tard, sous le gouvernement du Général Pinochet,

le dictateur fait adopter une loi favorisant les entreprises forestières

qui veulent exporter le bois planté sur les terres mapuches.


Beaucoup de forêts natives sont alors rasées

et remplacées par des eucalyptus et des pins.


C’est le début de l’exode massif des Mapuches

vers les grandes villes du sud et la capitale Santiago,

où ils occupent les emplois les plus précaires et

où vit actuellement le plus grand nombre.

 

Santiago 1


La situation des Mapuches restés dans les campagnes du sud

est toutefois un peu moins dure, grâce à la tradition du nguillatún :

les communautés paysannes se réunissent une fois par an

et les personnes qui possèdent le plus de biens

se doivent de les partager avec les plus démunis.

 

Tradition du nguillatun


Cette solidarité entre Mapuches leur permet de survivre,

c'est dans ce contexte qu'est né notre fameux mélange dont

le secret bien gardé de la recette est connu des Mapuches seuls.

 

Malgré cette succession de tragédies,

les Mapuches d’aujourd’hui s’organisent pour maintenir

leur culture et réussissent à conserver une très forte identité,

ainsi que leur langue, le mapudungún.

 

Manif

 

Ces derniers temps on peut même parler

d’un renouveau de la culture mapuche,

avec la présence de plus en plus visible dans la société chilienne

d’écrivains, de poètes, de musiciens

et de centres culturels dans les grandes villes.

 

L'Argentine

Quand on suit du doigt

sur une mappemonde les contours de l’Argentine,

nous voilà emporté jusqu’à ce point ultime

où le continent sud-américain s’émiette en îlots,

pris entre le feu de 2 océans.

 

On imagine déjà l’aventure avec un tel voyage au bout du monde…
Depuis le tropique du Capricorne jusqu’au détroit de Magellan,

de la beauté minérale des Andes

aux fracas des chutes d’Iguazú à la frontière avec le Brésil,

 

La cordillere des andes 1    Chutes d iguazu

 

du silence assourdissant des steppes de Patagonie

et le Perito Moreno son incroyable glacier,

 

Steppe 3    Patagonie2 1

 

à la pampa vibrant sous le galop des gauchos,

du désert de cactus au sud de Salta aux montagnes plissées

et colorées de la Quebrada de Humahuaca,

la nature recèle en Argentine une force singulière,

une dimension théâtrale et mythique.

 

Galop des gauchos   Salta2

 

   La quebrada   


Des premiers explorateurs aux vagues de migrants européens du XXe siècle,

tous ont fait sur la terre d'Argentine l’ultime voyage…

celui de la rencontre avec la terre, la mer,

l’esprit de l’Amérique latine et l’inconnu.

 

Laissez-vous imprégner par la mélodie du tango,

 

Tango argentin

 

vivez les nuits de Buenos Aires et ses calles colorées,

de Cordoba et de San Carlos de Bariloche.

 

Buenos aires 1    Calles

 

Cordoba    San carlos de bariloche

 

Goûtez aux crus ensoleillés de Mendoza,

dégustez l’une des meilleures viandes au monde

avec la marinade au chimichurri sur de grands barbecues,

 

Mendoza    Grands barbecues

 

Explorez la grande variété de paysages
comme la
Péninsule Valdés pour ses animaux marins,

les missions jésuites des Guaranis pour ses ruines impressionnantes,

 

Peninsule valdes    Missions jesuites des guaranis

 

et les parcs nationaux Ischigualasto et Talampaya

pour connaître ces découvertes paléontologiques

uniques au monde

 

Parcs nationaux ischigualasto    Talampaya

 

et des destinations emblématiques

en allant à El Chalten, Ushuaïa, l’Aconcagua et La Pampa.

 

Plus qu’un pays, l’Argentine est une destination passionnante

qui saura vous enchanter.

 

Nul doute que ce pays à l’âme farouchement latine,

sensuelle et passionnée, vous fera grande impression.

 

El chalten    Ushuaia

 

L aconcagua    La pampa

Le Chili

 

Magnifique et lointain, le Chili possède la forme de pays

la plus extravagante au monde.

Imaginez une bande de terre étroite et longue de 4 300 km…

 

Du nord au sud, soit la distance de Paris à Téhéran,

que d’extrêmes et de diversité dans ces paysages !


Étrange et fascinant pays adossé à
la cordillère des Andes,

son rempart de feu et de neige,

voilà un superbe balcon naturel

qui domine l’immense océan Pacifique.

 

La cordillere des andes

 

D’où l’impression en arrivant à Santiago de tourner le dos au monde,

d’être arrivé au bout du chemin…


Le Norte Grande a de quoi vous éblouir :

ses volcans, ses sommets, ses lagons

aux couleurs petillantes et authentiques.

 

Nortegrande

 

Sans oublier le désert d’Atacama,

qui est un paysage emblématique du pays.

 

Le desert d atacama

 

Jusqu’à la barrière des Andes en passant

par les vignobles de la plaine centrale au climat méditerranéen,

que de kilomètres vous attendent.

 

De Santiago : capitale qui n’a rien à envier

à ses principales concurrentes d’Amerique du Sud,

 

Santiago

 

à Puerto Montt dominée par ses volcans,

de l’île de Chiloë terre des indiens Mapuche

et du mélange d'épices qu'on leur associe,

 

Puerto montt

 

Ile de chiloe   Indiens mapuche

 

à Punta Arenas, le grand Sud austral se faufile

vers l’extrémité du continent avec des airs

d’Alaska latino-américain.

 

Punta arenas


Le Chili a une géographie folle,

mais cette démesure reste humaine malgré tout,

à condition de savoir où et quand y aller.

 

Quand on crève de chaud dans le Nord, il peut geler dans le Sud.


N’oublions pas enfin l'
île de Pâques

petit point perdu dans le Pacifique,

c’est l’île habitée la plus isolée du monde,

où d’étranges et fabuleux colosses de pierre

regardent le ciel étoilé sans jamais révéler vraiment

leur mystère ses énigmatiques Moai éparpillés sur l’île

lui donne une allure mystérieuse.…

 

Ile de paque2    Ile de paque

 

En Patagonie : Epris d’aventure et de voyage

hors des sentiers battus d’incroyables trésors naturels

comme les fjords fouettés par les vents vous attendent.

 

Patagonie

 

La Terre de Feu : Région partagée entre l’Argentine et le Chili,

un voyage au bout du monde et l’impression

de toucher le ciel en haut des montagnes isolées.

 

La terre de feu2

 

Terre de feu 1

 

 

Puebla de Zaragoza

On l'appelle la ville rose,

couleur rappelant les façades des alentours du Zócalo.

L'ancienne «Ciudad de los Angeles», Puebla,

en partie classée par l'Unesco comme patrimoine mondial,

est un véritable bijou entouré de volcans.

 

Son nom entier est en réalité Puebla de Zaragoza,

en honneur au héros local Ignacio Zaragoza,

qui défendit vaillamment la ville au 19ème siècle.

Les rues sont des écrins de couleurs mettant en valeur

l'architecture coloniale et les monuments baroques.

 

Puebla de zaragoza

 

Perchée à plus de 2000 mètres d'altitude, dans la vallée de Cuetlaxcoapan,

Puebla se situe à quelques dizaines de kilomètres

au sud est de la ville de Mexico.

 

Mexico


Avec des églises à tous les coins de rues, des allées colorées,

un climat attrayant, des habitants charmants,

et des sites à visiter tellement nombreux,

vous n'aurez pas le temps de vous ennuyer lors de votre escapade à Puebla!

 

Rues


En plus, le Mexique, c'est le soleil mais malgré cela

il est recommandé de prendre sa petite laine,

car à 2000 mètres de haut, il peut quand même faire un peu frisquet.


Dans le genre typique, vous verrez en flânant dans les rues du centre

que certaines façades sont couvertes de faïence,

comme celle de la Casa del Afeñique, ou celle de la Casa de la Cultura.

 

La casa del afenique   La casa de la cultura


Culture, légende, tradition, gastronomie, histoire,

patrimoine, danse, tout ça, et même plus,

concentré dans une seule et même ville animée et pittoresque…

 

C'est une évidence, le voyage à Puebla s'impose.

D' abord, Puebla se découvre à pied.

Ensuite, on fait face à l'imposante cathédrale baroque

de l'immaculée conception du 16ème siècle.

 

Cathedrale baroque2

 

L'église Santo Domingo couverte d'ornement, vaut aussi le détour.

 

Cathedrale baroque

 

Hors de Puebla, vous pouvez aussi visiter

les ruines de Chochula et sa pyramide bien connue.

 

Les ruines de chochula

 

En vous rendant vers les terres volcaniques et sauvages,

une pause au couvent de Santa Clara,

là où serait née le fameux Mole Poblano s'impose.

 

Couvent de santa clara

 

Dominée par le Popocatépetl mais préservée

jusqu'à lors de ses éruptions.

Puebla de Zaragoza est une grande ville.

Y conduire relève du challenge.

On ne saurait trop vous conseiller d'observer les «rites locaux»,

avant de vous jeter à l'eau.

 

Les sens interdits ne sont pas toujours indiqués,

les lignes blanches et les panneaux ne servent parfois qu'à décorer.

 

Baladez vous sur le Zócalo de Puebla.

Autour de ce quartier central animé,

vous trouverez tout type d'établissements prêts à vous accueillir

bars, cafés, restaurants et discothèques.

Vous aurez le choix entre différentes ambiances, américaine ou mexicaine.

 

Le zocalo

 

C'est aussi là que vous verrez des spectacles de danses traditionnelles

ou des représentations reprenant les rites indigènes

réinterprétés et modernisés.

 

Ballet puebla

 

 

Le Ladakh

À l’est du Cachemire historique,

la haute vallée de l’Indus s’insinue entre deux colosses :

l’Himalaya au sud, le Karakorum au nord.

 

C’est là, à une altitude moyenne de 5 300 m,

dans des paysages grandioses de montagnes désertiques,

que se niche le Ladakh.

 

Ladakh2


L’essentiel de la population de cet ancien royaume bouddhique,

surnommé « Le Petit Tibet », vit sur les berges du fleuve

et de ses maigres affluents dont les eaux,

aux fantastiques reflets turquoise laiteux

qui permettent d’irriguer de petits champs de blé et d’orge,

des vergers de pommiers et d’abricotiers.

 

Ladakh

 

Les saules et les peupliers y dessinent des oasis en rubans,

contrastant avec la pierraille omniprésente.
Le Ladakh se divise de fait en 2 entités :

à l’ouest, le district de Kargil, majoritairement chi’ite,

d’où monte l’influence de l’islam, à l’est, le district de Leh,

la capitale, bouddhique dans une proportion égale.

 

District de kargil

 

Le district de leh


La population se complète d’une forte présence de l’armée indienne.

Pour tenir cette région frontalière stratégique,

pas moins de 150 000 soldats se répartissent

en des dizaines de campements militaires.

 

Le Monastère de Lamayuru se trouve à flanc de montagne.

Une partie du temple semble s’être effondrée il faut dire

que les maisons sont faites en partie en sable.

Un moment hors du temps… Les environs sont aussi grandioses :

les paysages semi-désertiques se mélangent

avec le vert des prochaines récoltes.

 

Le monastere de lamayuru

 

Khardung La est un col qui se trouve entre Leh et la Nubra Valley.

Ici vous êtes sur la plus haute route

carrossable du monde à plus de 5602 m !

 

Khardung la

 

Stakna Monastery, encore un gompa exceptionnel

avec des peintures murales magnifiques.

 

Stakna monastery

 

Le temple est  isolé par rapport aux autres il vous faudra prendre

un pont magnifique avec des centaines de drapeaux tibétains

de toutes les couleurs au milieu du décor

à 360° sur la Vallée de l’Indus !

 

Pont magnifique avec des centaines de drapeaux tibetains

 

Vallee de l indus

 

Étape sur la route de la Soie,

le Ladakh est un authentique carrefour de civilisations.

 

Et si des Tibétains y ont trouvé refuge en nombre

depuis l’annexion de leur patrie par la Chine en 1951,

on rencontre aussi, au fin fond de vallées secrètes,

d’authentiques descendants d’Alexandre le Grand...


Plus récemment,
les trekkeurs ont dû s’habituer

à partager ce vaste et sauvage territoire avec de nouveaux venus :

des touristes indiens, attirés par les décors

de films à succès de Bollywood.

 

Trek ladakh


Et si les
Amchis (des guérisseurs) et astrologues

conservent une large audience,

les Ladakhis, rebutés par la rude vie nomade

et rurale d’autrefois, se font guides de montagnes.

 

Amchis    Ladakhis