La Syrie

 

Avant 1918, la Syrie s'étendait d'Antioche à Suez..

C'est ce que l'on appelle « la Grande Syrie », ou Bilad ach-Cham.

Les frontières d'après-guerre, artificielles et bâclées, l'ont ramenée à La Syrie continentale.

Un État caravanier ? Les frontières cisaillent trop brutalement le désert.

De plus, le pays manque d'un centre de gravité : Damas et Alep,

 

Damas

Alep

 

les deux premières villes, sont toutes deux excentrées et frontalières.

Pourtant, les atouts sont là : l'absence de hauts sommets

et les routes du désert facilitent le transit,

le Croissant fertile, autour de la vallée de l'Euphrate,

dont l'irrigation a décuplé le potentiel.

 

Vallee euphrate

 

Enfin, quelques notables gisements de pétrole et de phosphates.

La Syrie appartient à la grande diagonale aride

qui court de la Mauritanie au désert de Gobi.

La côte y est bien méditerranéenne avec ses vignes et ses oliviers.

 

Lattaquie cote syrie

 

Passé la côte, voici le djebel alaouite, abrupt et calciné.

Il dégringole brutalement dans la dépression du Ghab,

où les norias de l'Oronte arrose l'une des plus riches zones agricoles du pays.

 

Djebel alaouite   Norias de l oronte

 

Encore plus à l'est, on gagne le bandeau des steppes arable.

Au sud, le massif volcanique du djebel El-Arab

et le mont hermont domine de loin les terres à blé du Hauran et du Golan.

 

Steppe syrienne   Hermont golan syrie

 

Passé l'oasis de Damas, sur la route du Nord entre le Tigre et l'Euphrate,

commence un autre pays de cocagne : la Jézireh (« île » en arabe).

Reste la région du Sud-Est, au-delà du djebel Bishri.

 

Al djezireh   Djebel bishri

 

Le désert et son antichambre. Trouée d'oasis comme Palmyre et Sukhnah.

 

Oasis palmyre   Al sukknah

 

L'histoire de la Syrie est marquée par sa situation exceptionnelle,

un territoire de transition au carrefour de plusieurs mondes :

la Méditerranée, la Mésopotamie, la Perse, l'Inde,

l'Asie mineure, les terres du Caucase, et l'Égypte.

 

La Syrie était traversée par les plus importantes voies commerciales,

entre l'Europe, la Chine (route de la soie) et l'Inde.

C'est en Syrie, que l'homme découvrit comment utiliser le cuivre,

comment le façonner et en réaliser un alliage : le bronze.

 

Dès le IIIe millénaire av. J.-C. les Syriens construisaient des palais

(Khan d'Assan pacha) et des mosquées (comme celle des Ommeyades),

créaient des fresques, et connaissaient un essor

culturel et commercial remarquables.

 

Khan assan pacha   Mosquee des ommeyades

 

À travers ses routes sont passés les pèlerins vers les grands centres religieux

comme le Krak des chevaliers, les croisés

et les caravanes de la soie et des épices.

 

Krak des chevaliers 1

 

Les habitants des nombreux petits royaumes qui se sont développés en Syrie,

descendaient de peuplades sémites venues, depuis les premiers temps,

du sud de la Péninsule Arabique,

et qui sont connus sous le nom d'Amorrites,

de Cananéens,

 

Amorrites   Cananeens

 

de Phéniciens, d'Araméens,

 

Mosaique pheniciens   Arameen 2

 

de Ghassanides et de Nabatéens fondateurs de Petra.

 

Ghassanides   Nabateens

 

Petra

Ajouter un commentaire