Christophe Colomb

 

Six mois plus tôt, Christophe Colomb a convaincu les souverains espagnols

de le soutenir dans son projet fou d'atteindre l'Asie des épices

en navigant vers l'Ouest, à travers l'Océan Atlantique.

Fort de leur soutien et grâce à l'aide matérielle de deux armateurs,

les frères Pinzón, il a pu armer une caraque, la Santa Maria,

et deux caravelles la Niña et la Pinta.

Christophe colomb   Santa maria

 

Le départ a lieu le 3 août 1492.

Après une escale dans l'archipel des Canaries, possession espagnole,

la flotille fonce vers le sud-ouest en suivant les alizés.

Iles canaries

 

Les équipages s'inquiètent bientôt de l'absence de terre.

Le 10 octobre, ils sont à bout et sur le point de se mutiner.

 

Enfin, après 36 jours de navigation au lieu des 15 escomptés,

la vigie de la Pinta crie pour de bon : « Tierra »!...

 

Les navires accostent sur une petite île.

Elle est baptisée «San Salvador» (Saint Sauveur) par les Espagnols.

San salvador

 

Les marins, quand ils descendent à terre,

sont bouleversés par la nudité des pacifiques Taïnos,

des Indiens du groupe des Arawaks.

Arawaks

 

Les navires ne s'attardent pas et poursuivent

vers ce qui sera plus tard connu comme l'île de Cuba.

Cuba

 

Une homonymie des noms convainc Christophe Colomb

qu'il est aux portes de l'empire chinois du Grand Khan.

Ajouter un commentaire